Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de seb et mel
  • : En ballade sur la planète...
  • Contact

Chers Lecteurs (trices)

"toutes les oeuvres présentes sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur (sauf mention contraire) aux termes des articles L 111-1 et L112-1 du code de Propriété Intellectuelle. Toute reproduction, diffusion publique, usage commercial sont par conséquent interdits sans autorisation du titulaire des droits."
Petit précision: Mel écrivait en bleu et Seb en noir

Recherche

Archives

28 mai 2010 5 28 /05 /mai /2010 21:09

Du 11 au 18 mai 2010

 

La dernière des iles de la Lune, que nous ne connaissons pas encore…

 

 

46 grande comorienne


11.05.10

Départ de M’tsamboro vers 9h00 pour trouver un taxi.  ½ h plus tard, un taxi nous emmène à Mamoudzou pour les derniers préparatifs du voyage : acheter un camel-bag (le notre s’est déchiré la veille) et prendre des sous. On s’arrête à Kawéni et on doit poursuivre à pied avec nos bagages car une grève des profs nous barrent la route…

Un petit coucou à Anne que nous croisons par hasard sur la route et qui nous apprend que sa sœur est là-bas depuis 1 mois et y travaille comme sage-femme, peut-être la croiserons-nous.

Fin des courses à Mamoudzou, on prend la barge et le taxi, et à l’aéroport l’avion a un peu de retard (45 min) mais ca va on décolle et on arrive vers 16h00 à l’aéroport de Hahaya. Formulaire de débarquement, Visa (60 euros pour un biométrique mais ils n’avaient pas le temps donc ils nous l’ont fait manuellement mais c’est 60 euros quand même), et change directement à l’aéroport. Aéroport impressionnant tellement il est propre.

Nous nous engageons vers Moroni en taxi, bien sûr à 10 euros (tarif touriste nouvellement arrivé) et on se trouve une petite pension à 8000 Francs Comoriens (16 euros), la Pension El Yémen. Nous n’avons pas pris les hôtels chez qui un des guides de l’aéroport nous envoyé car trop chers et ils se faisaient une bonne commission…le taximan nous a dit plus tard que ce type était un magouilleur…

Seb est tout de suite à son aise avec les gérant, la dame parle arabe et anglais, le monsieur est djiboutien et se prend vite d’amitié pour Seb, qui du coup, peut expérimenter son arabe égyptien…

Une fois installés dans la chambre, on part faire un tour en ville.

 

 

8 quartier marché (6)


Apparemment il pleut encore beaucoup (et cette fois je n’ai pas pris ma veste de pluie, j’étais trop optimiste et je sais que j’aurai du écouter Seb…) mais là ca s’est calmé. Une coupure d’électricité générale fait que nous commençons le repas dans un ptit resto à la bougie mais cela reprend 10 min plus tard. Au menu thon grillé et jus de goyave rouge maison, trop bon.

 

12.05.10

Levés dès 7h30 pour un petit dej en ville, confirmer Air Austral pour le retour et trouver le guide qui nous emmènera au Karthala.

Les rues et les maisons sont faites de roches volcaniques, il n’y a pas de maisons traditionnelles en coco tressés et torchis, mais en tôle, béton ou pierre. Certaines maison sont à l’abandon et envahis par les herbes et les lianes des fruits de la passion.

Au hasard, on tombe sur le musée, on y va donc et on tombe sur le cœlacanthe. Le dernier semble avoir été péché au large de Mohéli en 2003 mais sur internet on voit qu’il y en a péché en janvier 2010 à Anjouan (et on y était à cette période).

 

 

1 musée (32)

 

 

1 musée (12)


En face se trouve l’observatoire volcanologique. Il nous apprend qu’il n’y a pas eu d’éruptions depuis 2007, qu’en ce moment il est calme et qu’on peut y aller ! Le seul souci serait la météo, il y pleut souvent.

Petite sieste et on est toujours à la recherche de « Chauffeur », le guide conseillé par tout le monde. En attendant de pouvoir le joindre, on visite la Médina et les quais de la vieille ville de Moroni.

En rentrant on assiste à un match de foot.

 

 

5 foot

 

Puis on se rend à Itsandra Plongée, bar restaurant ayant autrefois un club de plongée mais il leur manque un moniteur. On peut y plonger, RDV demain à 9h.

 

 

6 itsandra (3)


Finalement on arrive à joindre Chauffeur au tel, il nous retrouve à la pension : ascension prévue vendredi, bivouac et retour samedi. Il nous prête tente et duvet. Et au retour du samedi on descend par son village pour assister à un Grand Mariage ce week end. Bon programme. Pour le Karthala, on prend quand même un porteur pour 85 euros chacun, sinon on aurait pu payer 50 euros et porter le matériel de bivouac et gamelles en plus de nos sacs…faut pas abuser… !

Quand on demande le Karthala à partir d’un hôtel, l’hôtel se prend une commission et les prix ne descendent pas sous 110 euros par personne, en plus de payer la chambre d’hôtel pour garder les affaires pdt l’excursion…c’est aussi une solution car nous on a du tout porter. L’un des deux guides officiels étant Chauffeur, c’est aussi celui recommandé par tous et celui que les hôtels appellent pour le Karthala.

Pour le contacter directement :336 53 87 ( de la france il faut mettre au début le 00269 )

 

13.05.10                        

Plongée à Itsandra avec le matériel du club, pas entretenu, on signe même une décharge de responsabilité…rassurant, mais le club n’a plus de moniteur et en cherche un, pourquoi pas nous ? Une barque nous emmène sur un site le long de la côte, au niveau de l’Hôtel Cœlacanthe et on suit la côte à main droite. Enorme barracuda à 40m. Déchets de cannettes par endroits ou des pneus mais il y a une grande variété de coraux, de poissons de récifs coralliens, une tortue et même une épave…à replonger si on a le temps !

La journée se poursuit dans la médina, on se perd dans les ruelles, et on boit un café dans une boutique.

 

          4 la médina (2)   7 la médina (19)   7 la médina (6)


Seb trouve un endroit dans la rue pour dessiner. Hamid, poète perdu qui rêve d’éditer son recueil de 15 pages prend la pose.

 

 

44 la médina de moroni


On rentre tôt. Chauffeur doit nous rendre visite pour préparer l’excursion de demain et se lever à 4h…

 

14.05.10 Ascension du Karthala

4h15 levés, 5h RDV avec Chauffeur et 5h30 début de l’ascension au départ de M’Vouni à 390m d’altitude vers le Karthala qui culmine à 2361m, le cratère le plus grand du monde d’un volcan encore actif.

Seb porte les 12-14 kg de bagages + 3l d’eau et moi 5kg + 3l d’eau, un porteur prend les tentes, bivouac …avec Chauffeur qui porte près de 30 kg.

On grimpe dans la nuit avec les lampes de poche, une pause quand il fait jour et on est qu’à 600 m.

 

 

9 le karthala (26)

 

on grimpe encore et toujours, c’est raide. On fait des pauses régulières pour boire et manger un peu. J’en peux plus, dans ma tête j’espère qu’on arrive bientôt. On croise des goyaviers sauvages, c’est trop bon, on voit des rapaces dans les arbres. Il y a de moins en moins de bruits et il fait de plus en plus « frais », le sac se fait plus lourd et les paysages évoluent. De terres agricoles, on pénètre une forêt primaire dense et humide, plus tard on a l’impression d’être dans les landes, on est à 1500m. Il n’y a plus de culture ni d’élevage à cette altitude. Et le massif du Karthala parait encore si loin…laissez-moi là. Je veux attendre ici ou redescendre et dormir. C’est dur. J’aimerai que Seb avec ses 18 kg abandonne, mais il tient et je me répète qu’il faut y arriver.

 

 

9 le karthala (287)


On pense alors qu’on atteint le sommet mais non, il y en a un autre derrière et encore un autre…et puis on domine toute l’ile, on voit les côtes nord, sud, est et ouest. Et finalement on se refroidit, les arbres autour de nous sont morts, brûlés par les cendres de la dernière éruption.

 

 

9 le karthala (48)

 

la cendre tapisse le sol.

 

                9 le karthala (64)    9 le karthala (114)

 

On arrive enfin, épuisés, sous un beau soleil mais avec un vent froid.

 

 

karthala-4.jpg


On fait un tour d’une partie du cratère pour arriver au lieu de campement. Le soir on mange et on se réchauffe autour du feu. La nuit est froide, moins de 10°C, le sol est dur et on a mal partout…

 

15.05.10

Après une nuit laborieuse, debout à 6h pour Pdej et levée du camp. On prend de l’avance pour profiter du paysage, d’en haut on voit Mohéli et Anjouan est un peu plus loin dans les nuages. Il paraît que quand c’est dégagé on voit même Mayotte !

On redescend assez rapidement dans les conifères. Chauffeur nous passe devant pour prévenir sa femme qu’on va arriver. Le panorama est superbe.

 

 

9 le karthala (250)

 

On tient un bon rythme. A midi on est proche du village, on passe près d’une « scierie traditionnelle », on croise des villageois. Et là, après 5h de marche, on fatigue, on se tord les chevilles, les genoux cèdent…on finit avec des cannes et on goûte les fraises des bois sur le chemin. Mais y’en a marre ! À quand les vacances tranquilles ??? Sur une chaise longue, au bord de la piscine, pas besoin de la mer, dans un hôtel all-inclusive à boire, à manger et à glander …??? Quand est-ce qu’on arrive ?

Vers 13h30 enfin, on atteint le village de NKourani-Sima à 800 m d’altitude, chez Chauffeur. On peut se débarrasser de nos sacs, se laver mais une fois posés, hop ! C’est parti pour un tour du village. Fatigués, courbatus, on se sent vieux. Plus jamais le Karthala…mais qu’est-ce que c’est beau !

Ce soir, c’est la fête, musique traditionnelles et danses et demain matin le marié se fait accompagner jusqu’à la maison de sa fiancée, qui est restée enfermée chez elle.

 

 

10 kourani sima (20)


16.05.10

Nuit passée sur un matelas gonflable chez Chauffeur avec des rats, mais au chaud. On se lève pour aller au mariage mais ça n’a pas encore commencé. On voit un homme préparer le coussin sur lequel est cousue la parure d’or que le mari offre à la mariée. Les gens sont bien habillés, le village est en effervescence…mais déjà il est temps de reprendre la route.

 

                          10 kourani sima (26)   10 kourani sima (43)


2 h de taxi brousse reliant NKourani-Sima à Moroni, après ça il faut en trouver un pour aller dans le nord, à Mitsamiouli.

 

 

11 mitsamiouli (20)

 

Encore 1 h de taxi et on arrive à un hôtel dans un cadre paradisiaque.

Des bungalows longent une plage de sable blanc, fin comme de la farine et qui ne brûle pas les pieds, bordée de cocotiers. On s’en sort pour 30 euros sans eau courante et électricité au générateur si plus de 2 bungalows sont occupés (ouf c’est bon il y a d’autres clients).

 

 

11 mitsamiouli (45)

 

 

11 mitsamiouli (46)

 


Petit tour au « Trou du Prophète » à 10 min de là à pied en passant par la plage, après être passé devant ce qui reste de l’Hôtel Galawa, l’hôtel mythique de Grande Comore.

 

 

11 mitsamiouli (83)

 

 

 

50 le trou du prophète

 

Et une baignade, la 1ère de la semaine, pour détendre nos pauvres muscles. On sort manger des brochettes dans Mitsamiouli et on découvre l’ancienne ville, avec ses maisons de pierre et sa « porte », symbole de la ville, dont on avait vu la photo au musée de Moroni.

 

17.05.10

Encore dans le nord, on s’accorde une petite grasse matinée jusqu’à 8h avant d’aller se baigner. On est tout seul. L’eau est froide. Et on s’active pour aller au Lac Salé à 20 min de taxi de là. Paysage magnifique, malheureusement j’ai encore trop mal au genou pour y grimper, alors on reviendra.

 

 

48 le lac salé


Pas le temps non plus pour la « mosquée miraculeuse » de Bangoi-Kouni, ce sera au prochain épisode.

Direction Moroni pour les derniers achats avant de prendre l’avion demain : robes boubous pour moi, un livre de contes comoriens, des clopes pour seb…et ce soir un resto : langouste grillée.

 

 

8 quartier marché (7)


On est passé à Itsandra plongée boire une bière et voir le gérant mais il n’était pas encore rentré de Madagascar. On lui téléphonera plus tard, mais c’est peut-être une bonne idée ce club.

Allez une dernière nuit dans notre pension et demain, on rentre à la maison.

 

18.05.10

Un dernier Pdej et un dernier tour dans Moroni, une dernière viennoiserie dans une des très nombreuses boulangeries, on aime bien cette île et on a du mal à la quitter. Mais le retour est rapide et ça fait quand même du bien de rentrer chez soi…mais on sait qu’on y retournera un jour Inch Allah…

 

 

11 mitsamiouli (173)

Partager cet article

Repost 0

commentaires

LiiLy 269 13/06/2011 09:16


Vous devriez y retourner !! c'est vrmt une ile impressionnante et on ne regrette pa d'y etre ! les habitants sont si accueillant !! bsx a vs et j'ai bien aimé voir que vous avez apprecier votre
sejour chez moi ;) ! xoxo !!


sebmel 16/06/2011 20:55



hello Liily, et oui on a vraiment apprécié notre séjour sur ton île, et qui sait, on repassera peut être un jour par là !