Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de seb et mel
  • : En ballade sur la planète...
  • Contact

Chers Lecteurs (trices)

"toutes les oeuvres présentes sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur (sauf mention contraire) aux termes des articles L 111-1 et L112-1 du code de Propriété Intellectuelle. Toute reproduction, diffusion publique, usage commercial sont par conséquent interdits sans autorisation du titulaire des droits."
Petit précision: Mel écrivait en bleu et Seb en noir

Recherche

Archives

14 mars 2011 1 14 /03 /mars /2011 10:06

Salut à tous, ça fait un petit moment que nous n'avions rien posté (désolé), mais j'étais en train de préparer des projets de bandes dessinées. Bonne nouvelle, j'en ai une qui a été acceptée par un éditeur (youpi), sortie prévue en fin d'année.

 

Et donc, voiçi enfin la suite de notre voyage à Mada.

 

 

Lundi 27 septembre (départ de Tamatave direction l’île de Sainte Marie)

Ce matin à 5h, Seb s’est aperçu qu’il avait perdu son petit sac à dos…panique. Il court à la Pizzeria d’hier soir (Queen Pizza)…le gardien est présent et des employés se souviennent du sac qui à été oublié en terrasse à la portée de tous. Heureusement, le patron l’a récupéré !!! Ouf !!! Ce sac contenait le carnet de voyage et les cahiers à dessins de Seb, son matériel d’aquarelle mais aussi un appareil photo et son ordinateur de plongée…la perte de ce sac aurait couté cher…il ne manquait absolument rien !  Comme quoi les biens matériels nous causent bien du souci…

Le taxi arrive, on rejoint rapidement Sonierana Ivongo en 3h30 puis Sainte marie après 1 h de navette.

 

DSC06713

 

On choisit de loger dans des bungalows chez François à 4 km de la ville. Un groupe de jeunes est là à l’apéro, ils partagent leur rhum, bonne ambiance, cool.

 DSC06743

 

 

Mardi 28 septembre

Serge est parti plonger ce matin, on se renseigne sur les baleines mais elles sont parties précocement cette année et auraient été bien moins nombreuses que les années précédentes. Il parait que des baleiniers japonais auraient été aperçus près des Iles Kerguelen… 

J’en n’aurais pas encore vu cette année des baleines!

On va au cimetière des pirates, on y traine 1h30 avec un guide.

 

DSC06793

 

DSC06794

 

Les pierres tombales datent du 19e siècle, certaines sont très abîmées notamment à cause des cyclones et le cimetière est peu entretenu. L’endroit n’est pas sinistre mais au contraire très paisible et appelle notre imaginaire à partir à l’aventure avec les pirates et la recherche de trésors perdus.

 DSC06752

 

 

 DSC06792

 

DSC06768

 

 

DSC06784

 

On retourne en ville en fin de matinée et on décide d’aller à l’ile aux nattes. On essaie d’aller à pied dans le sud de l’ile, pause repas où je mange ma première cigale, c’est trop bon, bien meilleure que la langouste à mon goût.

Après environ 10 km de marche, on se dit que notre idée d’y aller à pied n’était peut être pas si bonne que ça…on chope un taxi pour faire demi-tour (on n’avait pas vu de taxi avant pour nous descendre) en ville on se loue des motos pour demain.

 

DSC06744

 

Seb prend une 250 et je dois ramener une 125…l’horreur, cela fait si longtemps et j’ai si peur. Peu à peu, je m’y fais (enfin pas trop quand même) mais je n’arrive pas à passer les vitesses avec les tongs. Alors je reste en 1ère…  Je passe sur la petite digue dans les trous et les bosses, avec la mer de chaque côté. Je suis très concentrée « regarde où tu vas » « serre la moto » sont les phrases que je me répète…une fois la route moins accidentée, je passe la moto à serge qui peut commencer à faire ses premiers pas en moto. Seb lui donne quelques cours pour demain.

 

Mercredi 29 septembre

 

DSCF1568

 

Levés motivés pour faire le tour de l’île en moto, rodéo dans les dunes, on s’en sort pas trop mal, des dérapages, quelques chutes évitées mais Seb et moi chutons au niveau d’une ornière, on se renverse et on atterrit à quelques centimètre d’une souche. Seb est égratigné au niveau du cou et du bras droit, moi je me suis retourné le petit doigt qui bleuit à vue d’œil, aïe. On continue, Serge enchaine quelques belles chutent jusqu’à ce qu’une d’elle achève la moto. Sélecteur et poignet d’embrayage cassés, serge s’est ouvert la jambe avec le cale-pied. Pas de réseau et pas de numéro pour joindre le loueur de moto. Seb et moi repartons en ville très rapidement, laissant Serge et la moto dans un petit village. On part les prévenir et on remonte ensuite jusqu’à la limite de la route goudronnée pour attendre le retour de Serge après la réparation.

 

DSCF1602

 

On perd 2 h d’attente, on rentre à la maison faire le pansement, je reste me reposer (derrière un cross, le siège arrière est peu confortable et j’ai mal au genou…). Les mecs en profitent pour faire un dernier petit tour avant de rendre la moto.

 

Jeudi 30 septembre       3ème semaine

Cool aujourd’hui, on va se reposer à l’île aux nattes. Taxi brousse et pirogue négociée aller-retour, on envisage le tour de l’île.

 

DSCF1628

 

 

DSCF1640

 

 Seb craque pour une pirogue en bois de raphia, on déjeune dans une maison magnifique, toute en bois, des sculptures partout, où des lémuriens sont domestiqués.

 

DSCF1770

 

 

DSCF1715

 

2 lémuriens variegata sont attachés et 2 petits mangeurs de bambous prennent la pause pour Seb.

 

DSCF1727

 

DSCF1757

 

Dans le jardin, il y a également des tortues de terre, des oies, des dindons et des chiens… . On reprend notre petit périple,

 

 

DSCF1646

 

 

DSCF1659

 

 

DSCF1682

 

 on essaie de trouver le phare, l’île est peuplée de Fadi (interdits culturels ou religieux), alors on fait attention.

 

DSCF1839

 

A la fin de notre tour, le temps se couvre et une averse nous trempe.

 

DSCF1792

 

On croise nos 2 voisins de bungalows de chez François qui nous invite à attendre la fin de la pluie dans leur case et à boire un coup de rhum.

 

DSCF1854

 

Vendredi 1er octobre

Départ de Sainte Marie, on rentre vers Tamatave. Mal de mer dans le bateau, le trajet paraît très long (le comble pour une monitrice plongée, non ?). On loge cette fois-ci chez Lionel et Seb mange un tournedos Rossini (le 3e du séjour, il décide de trouver le meilleur de Mada).

 

DSC06818

 

On envisage de faire notre shopping souvenir et cadeaux de Noël au marché de Tamatave.

 

DSC06864

 

Environ 100 000 Ar y passent. En se promenant, on croise une boucherie où on achète du saucisson et du fromage, mais ils étaient en train de repeindre les murs. Je m’y adosse forcément et là je suis couverte de peinture blanche et ce n’est pas de l’acrylique ! Vêtements foutus, bravo.

 

DSC06811

 

Samedi 2 octobre

Avant de rejoindre la capitale, on fait une escale à Andasibé. Sur la nationale, entre Tamatave et Antananarive, de nombreux camions et taxi se doublent, on en croise un renversé avec le pare-brise éclaté et un autre renversé mais entouré de personnes qui viennent se servir dans le chargement de THB. Cette route est vraiment dangereuse.

 

DSCF1880

 

A Andasibé, on loge au Feon’ny Ala proche de l’entrée du parc des Indris, en arrivant on entend le cri effrayant de l’indri qui nous fige. L’endroit est boisé. On fait un petit tour dans le village d’Andasibé.

 

DSC06874

 

 

DSC06878

 

DSC06885

 

DSC06887

 

En rentrant on croise des lémuriens, des Eulemur fulvus, et sans guide.

 

Dimanche 3 octobre

Excursion de 2h avec le MNP au Parc National.

 

DSC06964

 

 un caméléon à oreille d’éléphant attend à l’entrée du parc.

 

DSCF1891

 

 On voit des lémuriens nocturnes qui dorment, des Avahi laineux, puis des mangeurs de bambous et enfin des Indris Indris. Ces indris ou Babakoto du haut des arbres poussent des cris assourdissants, c’est incroyable. En chemin, on croise à nouveau des lemur fulvus. (encore une fois, notre appareil de zoom pas assez, on ne peut donc pas vous montrer la tête de toute ces bestioles ) A la fin de la visite, on passe par la pisciculture où un boa constrictor se repose.

 

DSC06962

 

Balade finie, on doit rentrer à Tana pour entamer la 2e partie de nos vacances.  

Les hôtels sont complets mais on trouve une chambre sympa chez Lambert. Un vieux créole qui a su créée un hôtel sympa et qui nous raconte avec plaisir ses expériences passées et son avis sur l’évolution de Madagascar et des Comores.

 

DSC06973

 

Le soir, on se promène pour boire une bière. En rentrant la nuit est tombée mais on s’arrête grignoter des saucisses…au moment de payer je me fais attraper mon porte-monnaie à l’arrachée. Choquée, je bredouille quelques mots à Seb, qui tente de retrouver le voleur. Il fonce. Je le suis mais me retrouve vite seule dans une ruelle sombre ou je ne distingue que des ombres…un demi-tour s’impose vers Serge qui nous attend au snack. Finalement Seb revient en pensant l’avoir vu mais bon, c’est perdu. Je pensais n’avoir pas grand-chose, mais j’avais l’argent prévu pour le taxi de demain soit environ 75 000 Ar (30 euros). Je sais que ce n’est pas grand-chose pour nous, mais une somme pareille représente plus d’un mois de salaire ici, ce qui va surement l’inciter à recommencer envers d’autres « vazas »…je ne suis pas très bien et j’ai très envie de quitter Tana.

 

Lundi 4 octobre

Pour nos derniers achats et notamment pour acheter des chaises africaines sculptées, on se rend au marché du Koum. Les artisans y travaillent directement et il paraît que les prix sont raisonnables. Au début tout est calme, les étals s’installent, les commerçants nettoient et font brillés leurs articles. Dès qu’on est repéré, chacun nous ramène un objet de leur stand et nous poursuivent avec tout au long de notre visite. On essaie de négocié les chaises. Un mec à part nous dit qu’il a un entrepôt avec des chaises, mais les premiers mecs avec qui ont a discuté l’en empêche, on est obligé de traiter avec eux sinon je crois qu’il y aura embrouille avec ce gars, plutôt sympa, il laisse sa place.

On choisit 2 chaises, Serge nous imite, cela fait 3 chaises à brader, on arrive à 205 000 Ar pour les 3, ce qui fait entre 25-28 euros chaque selon le taux. On est épuisé de cette matinée de négociation.

 

DSC06965

 

Départ pour Diégo l’après midi. On avait prévu 3 jours de voyage. Le trajet se fait en 24h non-stop. On a rdv pour charger a 15h, on arrive à baisser le prix (comme on a perdu de l’argent avec le vol, on a décidé de tout négocié pour réduire les pertes). Un des chauffeurs nous annonce qu’il faut ajouter 20 000 Ar pour les bagages. On se fache un peu et on dit que l’on va changer de compagnie. L’autre chauffeur intervient et dit à Seb qu’ils peuvent s’arranger s’il lui paie une clope. Affaire conclue. Le taxi est hyper chargé mais pas par nos bagages quand même. Tout au long du trajet, cet hyper chargement donne une bonne raison à la police pour réclamer un bakchich.

 

DSC06984

 

 

DSC06998

 

Vers 21h on fait une pause dans un resto musulman qui propose du riz avec du bœuf ou du porc en sauce !

 

Mardi 5 octobre

On roule toute la nuit, serrés comme dans une boite à sardines (j’ai choisit les seules places où les siègent ne peuvent pas se baisser, tout à l’arrière du minibus). Première pause à 9h du matin, le chauffeur ne veut pas beaucoup s’arrêter car le chargement ralentit le voyage. On a 2h de retard. On passe encore de nombreux contrôles de police avec la technique du journal pour passer les sous. Il paie entre 1000 et 3000 Ar par contrôle. Notre chauffeur mâche des feuilles khat, ses yeux sont cernés, il ne passe la main au 2nd chauffeur que pendant 2h.

 

DSC07017

 

2,7 portrait malgache

 j'en profite pour faire un petit portrait de ma voisine . . .

 

On arrive à Diégo vers 18h30, il fait nuit mais j’avais réservé au Belle Vue. On va pouvoir passer une bonne nuit.

 

Mercredi 6 octobre

Petit dej offert, il est le bienvenu, face à la mer.

On tente de trouver un autre hôtel car ici la chambre au rdc nous étouffe. On en négocié un mais finalement le Belle vue s’aligne et la chambre du dessus à 45000 passe a 25000 mais pour 6 jours. On n’a pas la vue sur la mer de la chambre, mais on a le petit dej et on voit la mer de la terrasse ! Les gens sont vraiment sympas et calmes en plus.

 

DSC07021

 

Jeudi 7 octobre 10          4ème semaine

Serge resté à Tana a du prendre l’avion aujourd’hui, mais nous n’avons pas eu de nouvelles. On a essayé de le joindre à l’hôtel où il était sensé aller mais la dame ne l’a pas en client. Mystère ? On lui laisse un email.

Ce matin, on se balade pour voir le pain de sucre de la baie de Diégo, à l’est. On longe la côte et on traverse des villages, on croise un abattoir. On se fait arroser par une petite pluie fine.

 

DSC07040

 

On arrive vers l’université mais le temps est menaçant donc Seb choisit de ne pas s’installer pour dessiner. En rentrant on passe près du cimetière municipal, français puis l’anglais. On va à la gare routière sud pour des infos auprès de Patrick qui sera notre référent.

Seb commence un rhum et dort toute l’après midi et moi je traîne en ville.

 

Vendredi 8 octobre

Ce matin, on a décidé d’aller à Ramena pour suivre le sentier des 3 baies.

 

DSCF2087

 

On y va en touk-touk, il nous dépose au bord de la route, au commencement de la piste.

 

  DSC07044

 

 

DSC07061

 

 

DSC07050

 

 

DSC07084

 

5 km à pied de piste avant d’arriver à la première baie, la baie de Sakalava. A marée basse, on peut rejoindre les ilots. On entend les vagues se fracasser. On poursuit par les baies des pigeons, la baie des dunes,

 

DSC07092

 

DSC07104

 

le phare et ensuite la zone militaire.

 

DSC07121

 au loin, on devine la mer d'émeraude (la bande turquoise sur la photo)

 

 Droit de passage à payer. On boit une petite THB et on retourne à Diégo. On a du marché 15 à 20km. En rentrant, on fait le tour des excursions. Ça confirme le fait que c’est moins cher organisé par nous-mêmes avec des taxi-brousses que par des tours operators.

 

Samedi 9 octobre

Seule la banque du Grand Hôtel est ouverte et elle se fait une sacré marge ! Mais nous n’avons pas le choix. On va à Anivorano pour faire l’excursion du Lac Sacré. Droit d’entrée payé (et oui il faut tout payer ici). Après presque 2 h de marche et un serpent croisé sur la piste.

 

DSC07126

 

 

DSC07136

 

 On y arrive. De gros 4x4 promenant des touristes sont là et ont déjà nourris les crocodiles. Il en reste un d’environ de 2m, c’est un « petit » crocodile du Nil. Il a sursauté quand une branche est tombée. Un groupe de jeunes est là et stimule le croco. Je ne suis pas très rassuré après le départ des touristes. On est seuls avec le croco et les jeunes équipés de coupe-coupe.

 

DSC07155

 

DSC07161

 

En rentrant on a très chaud, on s’installe à une gargotte pour boire une bière et déguster un yaourt maison bien frais ainsi qu’une belle mangue, juteuse et peu fibreuse.

Pour rentrer à Diégo, on trouve un baché, je suis très contente car on n’avait pas encore testé ce moyen de transport !

 

DSC07197

 

En rentrant, Seb se laisse tenter par un tournedos Rossini (4e).

On se repose car là on a marché au moins 10 km…

 

Dimanche 10 octobre

Ce matin, au programme, c’est le marché.

 

DSC07206

 

J’ai besoin d’une robe car je n’ai que 2 pantalons. 1 épais et 1 tout déchiré que je finis ici. J’avais prévu ça pour la brousse mais je ne pensais pas à la plage.

Mission accomplie, robe à 10 000 Ar (4 euros) et quelques souvenirs encore…et glandouille.

 

DSC07240

 

Le soir, pizzas à la Capanina et rhums arrangés offert par le patron. Seb choisit le rhum khat et moi un rhum fraise Tagada.

 

Lundi 11 octobre

Pas envie d’aller au Parc de l’Ankarana. On le fera une prochaine fois. Mais on va aller à la gare routière négocier notre trajet vers Nosy Bé. De 60 on passe à 50 000 pour nous deux. L’hôtel est réservé. Pour cette dernière journée, Seb est ravi car il a enfin pu prendre le temps de dessiner. Il a passé plus de 2h30 pour dessiner l’Hôtel de la Marine.

 

2,5 hotel de la marine diego

 

On trouve ensuite un endroit pour boire des coups pas chers et le midi on se mange un méga sandwich poisson ou viande + crudités pour 1000 Ar ! Quelle journée économique !

 

DSC07242

 

On arrive juste avant la fermeture de la banque, le taux est très bas mais tant pis il faut changer avant d’arriver à Nosy Bé.

 

DSC07209

 

 

DSC07210

 

Au marché, on voit des chaises à 70 000 Ar, on aurait donc pu les acheter ici mais bon on s’est pris la tête, mais cela fera une anecdote à raconter autour de ces chaises ! Elles sont vraiment très jolies en plus (en les pesant en rentrant, elles font plus de 8,5 kg chacune !).

 

Mardi 12 octobre

Levés vers 1h45 pour un rdv à 2h30 devant l’hôtel. On fait le tour de la ville pour chercher d’autres passagers et c’est parti ! Dodo dans le taxi, le chauffeur roule vite et il écrase un chien…

 

DSCF2129

 

A l’arrivée à Ankify vers 8h30, on nous saute dessus pour grimper dans un bateau. Seb choisit le plus gros moteur et le calme revient.

 

DSCF2132

 

A Nosy Be, les taximen font la même chose. On arrive au Belle Vue, vue sur le marais mais près d’un bar très sympa, la Porte Rouge. Cette ville est vraiment sympa !

 

DSC07274

 

 petite ballade sur le "port de commerce"

 

DSC07249

 

 

DSC07248

 

 

DSC07255

 

Mercredi 13 octobre

Aujourd’hui, mission : Trouver un « Richelieu ». C’est un tissu, nappe ou rideau en coton, ajouré, brodé du point Richelieu, figurant un motif typique de Madagascar, arbre du voyageur, lémurien… c’est la spécialité de Nosy Bé, notamment de Hell Ville.

DSC07793

 

 

Après avoir pris un petit dej local et retiré des sous, on se promène dans la cour de Hell voir ces brodeuses. On a bien du passer 1h pour trouver 1 nappe et 2 rideaux de porte.

Cet après midi, on se repose et on range les bagages. C’est lourd et on ne doit pas dépasser les 25 kg chacun et les chaises pèsent un certain poids mais on n’arrive pas à l’estimer.

En attendant on profite de ces deux derniers jours de vacances. Et ce soir, on mange au Nandipo pour que Seb puisse manger cote de porc et saucisses et moi une salade de crevettes.

 

DSC07287

 

Jeudi 14 octobre             5ème semaine

On se tente d’aller en pirogue à Nosy komba, mais après 1h30 de chargement de la pirogue, on se rend compte qu’on ne pourra pas rentrer le soir même et qu’il faudra soit louer un bateau spécial très cher soit passer la nuit là-bas, mais l’avion est prévu demain…on renonce donc.

 

DSC07272

 

Alors on va aller au parc Lémuria land, après avoir payé un taxi, on marche un bon moment, et l’entrée est payante mais on n’a pas pris assez d’argent… demi-tour, il fait chaud. Tant pis, on fera un dernier bon repas ce soir et on va rentrer se reposer.

 

DSC07260

 

Le midi, THB et sambossa à la Porte Rouge et sandwich au poisson fumé,

 

DSC07273

 

puis le soir, dernier filet de zébu au foie gras poêlé pour Seb. Et un bon petit rhum arrangé.

 

Vendredi 15 octobre     dernier jour

Petit café et viennoiserie sur un banc. Aéroport et emballage des chaises et du sac à dos dans un sac de riz. Il arrive à 27kg et moi à 18kg. Cool. On peut encore remplir.

 

DSCF2169

 

Mais après avoir enregistré, on nous fait passer dans une petite pièce où 3 douaniers nous demandent les factures…où un petit « rafraichissement »…ça va on s’en sort pour 10 000 Ar.

Ensuite, à chaque contrôle de passeport, on nous demande un « cadeau ». On n’a plus rien ou quelques centaines d’Arriary mais ça ne les intéresse pas et on n’a vraiment plus envie de donner. Là, on a envie de rentrer en espérant que ça ne pose pas de problèmes à l’aéroport de Mayotte.

 

  DSCF2127

 

En gros, pour 1 mois de vacances à Madagascar, avion, hôtels, restos, transports…950 euros/pers et plein d’images et de sensations dans la tête.

 

  DSC07795

  Notre parcours

 

 

Même si nous avons connu quelques mésaventures, cela fait parti du voyage... Madagascar nous a marqué, jamais on n’a passé de moments aussi intenses, des gens vraiment sympa et un pays magnifique . . .   

  DSCF2174

Repost 0
6 décembre 2010 1 06 /12 /décembre /2010 15:15

MADAGASIKARA du 16 septembre au 15 octobre 2010

 

 

Jeudi 16 septembre       1ère semaine

On quitte Mayotte et ses grèves pour rejoindre notre ATR et aller à Madagascar. De l’avion on distingue les côtes bien découpées de l’hippocampe et la barrière de corail.

 

DSCF1301

 

Pas de baleines en vue.

 

DSCF1302

 

  1h plus tard on devine Majunga, les montagnes rouges, les vallées creusées, les feux de forêt, la sécheresse de Mada.

 

DSCF1307

 

 

DSCF1340

 

Serge nous attend déjà à l’aéroport. On change nos euros à l’extérieur (1 euro = 2580 Arriary) ; on prend un taxi jusqu’à l’hôtel Moonlight où on prend une chambre pour 3. On se promène un peu, on se trouve un bar sympa pour boire des bières et on mange au coin de la rue, des brochettes, beignets, spaghettis…pour moins de 3 euros à 3.

 

 

DSC06131

 

Vendredi 17 septembre

Petit dej et visite rapide du marché d’Anakely. On se rend à la gare routière du sud pour aller à Fianarantsoa, on hésitait à aller à Antsirabé mais on s’y arrêtera une autre fois.

 

DSCF1376

 

On prend un taxi national pour 23000 Ar chacun et on nous taxe 10000 Ar pour nos 3 sacs à dos. C’est notre premier jour alors on n’a pas encore l’habitude de contester…

 

DSC06193

  

Ce premier trajet de neuf heure va nous permettre de découvrir les premiers paysages malgaches. superbes !

 

DSCF1414

 

Heureusement les pauses sont nombreuses. un de nos compagnon de voyage s'appelle Naïne, un natif de Mada qui vit en métropole depuis 20 ans, il se rend au mariage d'un ami à fianarantsoa, la ville que l'on a décidé de rejoindre. On arrive en fin d’après midi. La vieille ville est magnifique.

 

58 fianarantsoa1

 

 On passe une première nuit à l’hôtel l’Encre d’Or et on se décide à rester quelques jours dans cette ville et à prendre le train mardi prochain.

 

 

 

Samedi 18 septembre

Levés à l’aube malgré la grasse matinée prévue. Il fait froid.

 

DSC06344

 

Les femmes avec leurs couvertures tricotées et leurs chapeaux ressemblent à des péruviennes (ou à l’idée qu’on s’en fait). On grignote un petit dej dans la rue, on part à l’aventure dans les rizières, on vite la briqueterie (la terre argileuse démoulée sèche en 3-4 h puis cuit pendant 1 semaine avant de devenir une brique). On marche sur les talus entre les champs, je glisse et mon pied s’enfonce dans la boue…puis on rejoint la cathédrale après 2h de marche. On se trouve une chambre d’hôte avec vue sur la montagne et la ville, alors on déménage. L’après midi, Seb et Serge s’enflamment avec des jeunes autour du babyfoot. On se goute quelques bières et des saucisses.

 

Dimanche 19 septembre

Rendez-vous à 6h pour aller au Parc National de Ranomafana, avec Alain le chauffeur.

 

DSC06249

 un troupeau de zébus rencontré sur le chemin

 

DSC06255

 

 

DSC06308

 

On se balade dans la forêt secondaire. La forêt primaire n’est accessible qu’après une journée de marche. Notre guide Nono nous montre des orchidées, il nous explique les plantes médicinales et les arbres. Il peut même y avoir des araignées et des serpents…mais c’est rare. On observe aussi des oiseaux, des gobe-mouches, des kikorolles et des oiseaux terrestres mais on était là pour les lémuriens. On se dépêche surtout pour ne pas croiser les groupes qui arrivent en bus. Mais on retrouve ces troupeaux sur les lieux d’observation, bruyants, sans gènes, se poussant les uns les autres pour mieux voir. On les fuit rapidement.

On a pu passer du temps seul avec le lémurien à ventre roux (Eulemur rubiventer).

 

DSC06278

voiçi la seule photo valable de lémurien (pas évident avec un petit numérique!) 

 

On a aussi eu la chance de voir le Hapalemur doré identifié en 1986, un couple de Eulemur fulvus madagascarensis (plus gros que celui de Mayotte, la femelle est rousse et le male est plus gris), un Eulemur fulvus rufus sur le sentier et 2 ou 3 gros hapalemur simus (des mangeurs de bambous) recensés en 1987 qui s’enfuit devant le méga objectif d’une observatrice un peu trop proche.

La visite se termine, on fait une pause au faré et là une mangouste vient chercher s’il y a quelques miettes de pain à grignoter.

En rentrant en ville, le marché se termine,

 

DSC06338

 

on s’attarde alors dans un bar avec des locaux pour boire quelques THB et essayer de chanter des chansons malgaches grâce aux paroles du clip.

 

DSC06342

 

Le soir on se fait un petit resto pour tenter le tournedos de zébu Rossini.

 

Lundi 20 septembre

 

DSC06206

 

Journée tranquille, balade en ville, réservation du train, lessive.

 

DSC06242

 

 

DSC06351

 

Fianarantsoa est une ville très chrétienne qui compte de nombreuses églises ; dans la vieille ville il y a 1 cathédrale catholique, 5 églises protestantes et plus bas des évangélistes. D’ailleurs, on se rend à une messe évangéliste où les gens chantent, c’est bonne ambiance, on s’éclate avec Seb tandis que Serge nous attend à la porte. Ce midi, on se fait un resto « exotique » le Panda. Seb et Serge optent pour du croco moi pour de la roussette en sauce, c’est vraiment très bon. La chair est fine, brune comme celle d’un gibier mais d’un goût moins fort.

Ce soir on mange un plat local chez nos hôtes, un Romazava. J’en avais déjà gouté à Mayotte mais c’est un plat traditionnel malgache.

 

Mardi 21 septembre

On se rend à 6h30 à la gare.

 

DSC06248

 

Mauvaise nouvelle : le train est en panne ! On se fait rembourser les billets et finalement on prend un taxi brousse pour rejoindre Manandjary et on prendra directement le bateau-brousse de là-bas.

 

DSC06373

 

DSC06374

 

On met environ 5h30 et on arrive dans cette petite ville où les pousse-pousse à pied nous ont emmenés chez Stenny qui loue des chambres d’hôtes.

 

72 mananjary

un petit dessin de pousse pousse garé en face du petit bar on l'on sirote une THB

 

DSC06412

 

 

DSC06406

des zébus sur la plage 

 

Ce soir elle nous fait des langoustes grillées et des brochettes de crevettes. Plus tard on sort, on entend de la musique, Seb frappe à la porte et se fait invité à une soirée d’anniversaire. Il est à peine 20h et tout le monde est déjà bien plein !

 

Mercredi 22 septembre

C’est parti ! Dès ce matin, on embarque sur un bateau-brousse en direction de Nosy Varika, ville étape entre Manandjary et Mahanoro. Le bateau est chargé de marchandises, de bagages et de personnes. Je compte à un moment 35  adultes et 12 enfants.

 

DSC06437

 

On s’arrête pour des pauses pipi, pour décharger ou reprendre des passagers.

 

DSC06497

 

 On est assez serré et assis sur une planche en bois mais on est heureux, l’ambiance est sympa, c’est vraiment magique.

 

DSC06484

 

Les passagers donnent chacun du riz ou des légumes, des femmes préparent le repas à l’avant du bateau et nous préparent des assiettes alors qu’on n’a pas pu participer mais les gens sont ravis de partager ce repas à base de riz rouge, haricots et carottes.

 

DSC06489

 

 

DSC06500

 

 

DSC06516

 

Le jour finit et la pleine lune nous éclaire et nous guide sur ce canal qui s’élargit ou se réduit au fil du parcours, des arbres en ombres chinoises se dessinent et sur une des rives, je crois voir gravé le fameux éléphant blanc dans la falaise. Enfin arrivés, le capitaine nous trouve un logement chez Volazara. On dort dans un bungalow en bois, on se repose.

 

  DSC06530

 

Jeudi 23 septembre       2ème semaine

 

DSC06541

 

Une foire commence aujourd’hui à Nosy Varika et dure 4 jours. On va jusqu’au bout de la ville, sur un terrain de foot où des exposants s’installent. Il fait très chaud.

 

Panorama sans titre1

 

 On va ensuite à la mer, Serge y fait une petite baignade dans les vagues et Seb trouve un bout de bois pour sculpter une pirogue.

 

Vendredi 24 septembre

Réveillés à 6h par la proprio de l’hôtel, un bateau brousse va partir et ils nous attendent. Vite,vite, vite. On range tout en vrac, on est à peine réveillé qu’il faut y aller. On embarque cette fois dans un bateau à coque métallique (avant-hier c’était en bois). Il est moins chargé. Direction Mahanoro en fin de journée si tout va bien.

 

DSC06518

 

 

62 pangalane1

 

Au cours du trajet, on est bloqué par un banc de sable, certains passagers débarquent, d’autres sortent pour pousser le bateau…finalement, on arrive à repartir.

 

DSC06520

 

 

DSC06598

 

 DSC06559

 

 

Vers 15h, on fait une escale à Masomeloka où on apprend que le bateau ne repartira pas.

 

DSC06566

 

 

DSC06615

 

DSC06617

 

 

Le capitaine doit d’abord renégocier son contrat. Il faut alors dormir ici, on trouve des petits bungalows au confort rudimentaire (j’adore) et on trouve un endroit pour boire quelques bières avec jean-merci, un passager du bateau et notre chauffeur de taxi-brousse de demain, ce soir on nous prépare du poisson grillé avec des frites et des carottes râpées, c’est vraiment succulent, tout a du goût.

 

 DSC06629

 

 

DSC06625

 

Samedi 25 septembre

Pas de bateau ce matin, donc. Taxi brousse sur une RN de sable et 3 bacs passés.

 

DSC06630

 

 

DSC06631

 

 

DSC06636

 

 

DSC06650

 

 on arrive à Mahanoro, très joli village balnéaire. On reste peu de temps, on enchaine 1h plus tard pour un  autre taxi brousse vers Tamatave. On arrive le soir dans une ville paraissant surpeuplée, des taxis, des pousses-pousses, des vélos, des ânes…qui s’entrecroisent sur les routes.

 

DSC06659

 

On choisit un hôtel un peu cher car ceux qu’on avait prévus étaient complets. Peu de charme dans cet hôtel mais on peut en profiter pour prendre une douche bien chaude. Seb a envie d’un tournedos Rossini moi d’un magret de canard au miel.

 

Dimanche 26 septembre

Changement d’hôtel, on va à l’hôtel de La Plage, plus près du centre, moins cher et d’apparence roots. Petit dej en ville et direction le Musée…fermé (dans le guide c’était fermé le lundi, maintenant c’est le dimanche), tant pis, on se promène sur la plage.

 

DSC06699

 

Il n’y a personne dans les rues de la ville par contre la plage se remplit à vue d’œil. On réserve une navette pour aller le lendemain à Sainte Marie.

 

DSC06673

ici, les pubs sont toutes peintes à la main!

 

prochainement, la suite de ce merveilleux voyage, avec du suspens, des rebondissements, de l'amour, des rires . . . . . . . . . . . . . . . . . . . .

Repost 0