Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Le blog de seb et mel
  • : En ballade sur la planète...
  • Contact

Chers Lecteurs (trices)

"toutes les oeuvres présentes sur ce site appartiennent exclusivement à l'auteur (sauf mention contraire) aux termes des articles L 111-1 et L112-1 du code de Propriété Intellectuelle. Toute reproduction, diffusion publique, usage commercial sont par conséquent interdits sans autorisation du titulaire des droits."
Petit précision: Mel écrivait en bleu et Seb en noir

Recherche

Archives

20 novembre 2010 6 20 /11 /novembre /2010 20:15

 

DSCF1297

 

Le musée se trouve à Bandrélé, au sud de Mamoudzou. En venant de Mamoudzou, prenez la 2e rue à gauche après le pont, continuez tout droit jusqu’au terrain de foot. Ensuite, poursuivez vers la droite et passez le plateau de basket, il se trouve juste derrière en quittant la route dans le virage. Vous y êtes !

 

Ce musée est ouvert depuis 2000-2001, tenu par l’association «  les mamas shingos » (shingo = sel) ; il est ouvert tous les jours mais il n’y a pas de production pendant la saison des pluies donc de novembre à mai environ. Si vous venez de loin, assurez-vous avant que ce soit ouvert. La visite coûte 3 euros pour une visite d’environ 30 min, cela semble un peu cher mais permet une source de revenus pour les mamas, l’association et favorise une activité artisanale locale. La (ou le) guide parle très bien français, maîtrise son sujet et répondra volontier à vos questions.

 

DSCF1295

 

La visite se fait préférentiellement le matin à l’époque des grandes marées. Vous pourrez ainsi assister à la récolte du limon sur la plaine par les mamas shingo. Durant cette visite, on peut se rendre compte des 3 grandes étapes de fabrication du sel :

 

         - La récolte du limon par les mamas, elles grattent la croûte de sel laissée sur la terre à l’issue d’une grande marée qui envahit une plaine. Le limon est gratté avec une coque de noix de coco ou un morceau de plastique dure. Chaque tas est ensuite identifié avec une branche ou une canette…pour que la mama retrouve son tas.

 

 

DSCF1270

 

 

DSCF1276

 

         - La filtration se fait au travers d’une marmite ou d’un grand plateau de métal troué qui sert de tamis. Le limon est déposé sur un tissu et recouvert d’eau douce ou d’eau de mer (ça ne change rien au goût ni à la teneur en sel de l’eau de filtration ainsi obtenue)

 

 DSCF1278

 

         - L’évaporation du filtrat obtenu se fait sur une plaque déposée sur un feu de bois ; les mamas procèdent à un écumage régulier afin d’éliminer les impuretés.

 

DSCF1292

 

 

DSCF1285

 

Une fois l’eau évaporée, reste le sel.

 

DSCF1288

 

 Ce sel encore humide est stocké dans un sac ou un panier, afin de laisser les dernières gouttes d’eau s’éliminer et de le sécher. L’évaporation dure toute l’après midi, donc vous verrez peu de bouénis sur place, elles partent à la maison ou aux champs

 

DSCF1289

 

         - Il est prêt à être consommé ou vendu en sachet. Vous pouvez en acheter à l’issue de la visite à la case où toutes ces étapes sont expliquées.

 

DSCF1291

 

Auparavant, le sel de bandrélé alimentait l’ile de Mayotte. Les gens de la région l’utilisent encore mais il n’est pas exporté. Autrefois, le village de Tsingoni fabriquait également du sel de la même façon.

 

Ce sel est très réputé sur l’ile, il paraitrait même qu’il soit préconisé pour l’hypertension (mais là je ne peux pas vous garantir cette info sur un sujet médical). Quoiqu’il en soit, c’est du bio !

 

DSCF1296

 

 

Repost 0
1 octobre 2010 5 01 /10 /octobre /2010 00:56

DSCF1017

Pour débuter la ballade, on peut partir de Tsararano et arriver à Bandrélé ou l’inverse. On s’est garé à Tsararano, au niveau du 1er embranchement à gauche en venant de Combani. Il y a un panneau indiquant le GR.

 

DSCF1008

 

La première partie du chemin est peu abritée donc il vaut mieux commencer en début de matinée pour ne pas avoir trop chaud. Nous avons traversé une petite rivière où les bouénis faisaient la lessive. Après  quelques minutes, sur la droite une carcasse de voiture indique le chemin, on commence à grimper.

 

DSCF1009

 

On traverse des champs de bananes, maniocs, … au fur et à mesure, on entend moins les bruits de la ville.

Les pauses sont faites au niveau des farés, mais aussi quand il n’y en n’a pas, il fait chaud et je n’ai pas marché depuis le Karthala donc le genou n’était pas sûr de tenir, mais ca va après 2 mois de repos pas de douleur. C’est une des randonnées réputée des plus difficiles surtout à cause du chemin escarpé par endroits. Prenez des bonnes chaussures ou au moins des baskets.

 

DSCF1012

 

On arrive en haut après 3h30 de marche. Le Mont Bénara culmine à 660m. On déjeune à l’ombre. Les points de vue sont fabuleux, on grimpe quelques gros blocs de pierre sur le chemin et là, le paysage nous saute aux yeux tellement c’est ahurissant ! Tout Mayotte ou presque est devant nous et derrière. On voit le mont Choungui, l’ilot de Sada au sud ouest, la pointe de Saziley et l’ilot de sable blanc dans le sud est et vers le nord on découvre toute la cote ouest.

 

DSCF1056

 

Le Dziani Bolé est facilement reconnaissable tout comme le mont Combani avec son antenne, au centre, et Petite Terre au large. Ce panorama à 360° est grandiose.

 

DSCF1036

 

On repart et pendant un moment, la marche se fait par la crête, le chemin est parfois étroit et des chaînes sont là pour nous aider au niveau des passages les plus risqués. On imagine facilement que pendant la saison des pluies cette randonnée est déconseillée. La pente paraît plus abrupte pour descendre que pour monter donc on a bien fait de faire le trajet dans ce sens là.

 

DSCF1019

 

On entend des bruits étranges d’oiseaux qu’on ne voit pas. Un scolopendre passe devant nous.

1h30 environ après on arrive aux Padzas, ces terres où rien ne poussent sont ici parsemée d’acacias qui peuvent les maintenir. Au cours du trajet dans ces padzas, on longe un petit ravin, puis vers la fin la terre fait émergée des petits champignons de padzas…tout rigolos.

 

DSCF1111

 

DSCF1112

 

On aperçoit Bandrélé qui nous attend, un dernier faré et on arrive après 1 petite heure et un coucou aux makis. On repasse par les cultures, on sent qu’on rejoint la civilisation et on rencontre des éleveurs de zébu au passage.

 

DSCF1118

 

On arrive au niveau du dispensaire de Bandrélé. De là, on chope un taxi direction Tsararano pour rejoindre la voiture, pour 2 euros de taxi.

La randonnée qu’on a suivie avec les marquages GR nous a pris 6h30, du coup les temps sont indicatifs. Très belle ballade, quelques zones de pentes abruptes mais pas autant que le Mont Choungui. Le temps de trajet peut être réduit, et oui certains le font en 4h30 et d’autres trainent un peu plus… ça dépend si vous êtes sportifs ou si vous aimez flâner et prendre des photos.

 

DSCF1122

Repost 0
18 septembre 2010 6 18 /09 /septembre /2010 22:51

Voilà un moment que nous n'avions pas mis d'article... c'est reparti

  

Suites à quelques demandes, je vous montre quelques photo et dessin des plongées Mahoraises.

Les photos sont de Axel, le patron du centre de plongée "SUDEXPLO" où je bosse actuellement. Je vous conseille cette petite structure, à mille lieu des grosses usines. Autre avantage, vous ne serez pas obligé de plonger uniquement en passe en s ( y'a mieux!). En effet, le centre étant basé à Sakouli (au dessus de bandrélé), vous aurez accès à la passe en s, la passe Bandrélé (le milieux de passe est magnifique), aux passes Saziley et à diverses plongées le long du tombant exterieur de la barrière de corail. (toute les photos ont été prises sur ces sites et principalement autour de la passe Bandrélé )

j'ai retouché un peu les photos pour leur redonner couleur et vivacité.

 

Les plongées à Mayotte sont à dominantes faites de coraux durs (très peu de corail mou type alcyonaire)

P1000291

multitudes de tables acropora sur la bordure de la barrière exterieur

 

Le tombant de la barrière exterieur est parsemé de magnifiques gorgones géantes

 

P1000016

 

P1010154

 

Les plongées se caractérisent également par une grande quantité de banc de poisson (vivaneau, fusillé, nason......)

 

 

P1000835

 

P1010001

 

P1010002

 

Les observations de requins sont très très aléatoires, mais vous aurez de grandes chances de croiser raies aigles, grosses raies pastenagues, napoléons... bien que ce ne soit pas à chaques plongées.

En revanche, si vous venez ici vous serez sur rencontrer des tortues (que ce soit en plongée en PMT ou sur la plage lors de la ponte ou des émergences)

 

DSC02603

 

P1000925

 

Les amoureux de la petite faune seront comblés

On peut observer grand nombre de nudibranches

DSC02024

 

de vers plats et bien d'autres espèces

 

DSC02628

 

Venant de mer rouge, j'ai découvert une faune que je ne connaissais pas.

Entre autre une grande variété de murènes...

P1000115

murène léopard

 

P1010235

murène perlée

 

P1010209

murène masquée

 

P1000155

la jolie petite murène ruban

 

Et l'étonnant poisson feuille

 

P1000297

 

P1000822

 

Pour finir, voici deux aquarelles sous marine dont le crayonné à été réalisé en immersion

 

54 mayotte saziley nord

passe saziley nord

 

 

 

56 mayotte l'arche

l'arche, à proximité de la passe Bandrélé

 

Si vous désirez venir plonger à Mayotte, la meilleur période ce situe en septembre et octobre (hors période d'alisée et de saison des pluies)

 

Encore un grand merci à Axel pour les photos

je complèterais plus tard cette article avec quelques topo de site

Repost 0
9 juillet 2010 5 09 /07 /juillet /2010 17:27

Le weekend dernier, s’est déroulée la 27ème édition de la course de pneus de Mayotte.

 

course de pneu

 

C’est Jack Pass, prof d’EPS, qui est à l’origine de cette manifestation et qui a permis à ce jeu d’enfant de devenir un évènement important de la vie Mahoraise. A un tel point que cette discipline fait partie des activités sportives qui peuvent être choisies au baccalauréat.

 

course de pneu (5)

 ce sont les membres du GSMA qui laches la meute

 

Les participants sont divisés en plusieurs catégories (les jeunes filles, les p’tits gars et enfin les adultes).

 

course de pneu (2)

 

Au coup de feu, chez les enfants, c’est la guerre. Tous essaient de se frayer un chemin entre les autres concurrents, les pneus, tongs et bâtons laissés sur place.

 

 course de pneu (6)     course de pneu (7)

 

course de pneu (3)

 une petite dernière bien encouragée

 

Du côté des adultes, cette année, c’est un départ par équipe contre le chrono.

Certain sont là pour le sport,

 

course de pneu (12)

 

D’autres pour le fun,

 

 course de pneu (11)

  

tous sont là pour ce faire plaisirs.

 

 course de pneu (13)    course de pneu (16)

 

course de pneu (15)

 

L’organisation accepte 900 inscriptions maximum. Nombreux sont les laissés pour compte qui voient "une année de préparation" réduite à néant.

 

course de pneu (4)

 

La technique a évolué au cours des années. Au début, les coureurs de pneus utilisaient de l’huile de vidange pour aider les deux bâtons à glisser dans le pneu. Aujourd’hui, par souci d’écologie, on utilise le savon noir.

Pour améliorer encore la glisse, chacun a sa méthode: les extrémités des bâtons sont placées dans un cul de bouteille plastique, dans un gobelet ou une cannette. D’autres utilisent uniquement bâtons et pneu.

Tout les pneus sont accepté, du plus petit jusqu’au plus grand.

 

course de pneu (14)

 

Une équipe de costauds court avec les gros pneus

 

 course de pneu (8)

 

course de pneu (10)

et dans les dénivelés, c'est pas facile du tout...

 

A l'arrivée la fatigue ce fait sentir.

 

course de pneu (17)

 

Mais les concurrents, encouragés par le public, tiennent bon.

 

course de pneu (18)

 

 après l'effort, place à la fête ! ! !

 

course de pneu (20)

 

Saluons au passage l’équipe de la ville qui ramasse tous les restes des concurrents et des spectateurs (au moins au départ et à l’arrivée). 

 

course de pneu (21)

 

Si vous venez un jour à Mayotte le premier samedi du mois de Juillet, ne ratez pas cette évènement unique et vraiment très conviviale.

 

course de pneu (9)

Repost 0
28 juin 2010 1 28 /06 /juin /2010 22:25

Les démarches qui prennent la tête

 

 

Photo 075

 

Administrations

Quelques Conseils :

Pour chaque administration, renseignez-vous bien sur les jours et horaires d’ouverture et méfiez-vous des jours fériés, ponts ou grèves. En règle générale, oubliez le vendredi, c’est le jour de la Grande Mosquée et Mayotte est un département musulman. Pour chaque document que vous avez à fournir, prévoyez une photocopie, il se peut que l’administration en question n’ait pas de photocopieuse ou que celle-ci soit en panne.

 

Mayotte est une île de la collectivité territoriale française en cours de départementalisation. Vous retrouverez donc le système français à Mayotte (mais pas tout à fait le même). Au niveau des administrations, il y a la CPAM de Mayotte (la carte vitale française ne fonctionne pas, il faut se déclarer à la sécu comme quand on change de département, une fois que vous avez votre contrat de travail). Si vous ne changez pas de sécu et que vous êtes hospitalisés, vos soins peuvent ne pas être remboursés !

 

La CPAM se trouve au dessus de la Place Mariage à Mamoudzou, allez-y une première fois retirer la liste des pièces à fournir (demande d’affiliation, attestation d’assurance maladie, acte de naissance, copie de carte d’identité, justificatif de domicile, justificatif URSSAF) puis une fois que vous avez tous les documents, vous pouvez juste glisser le tout dans la boite aux lettres. Sinon, vous avez une matinée de patience à faire la queue.

 

Photo 091

 

Photo 088

 

Concernant les impôts, si une partie de l’année, vous avez travaillé en métropole, il faut déclarer ces revenus sur la déclaration en métropole. A Mayotte, les impôts sont souvent directement prélevés sur les salaires, ce qui amène quelques réajustements en fin d’année. Il faut également faire une déclaration des revenus touchés à Mayotte pour rétablir ce que vous devez ou ce qu’on vous doit…

Pour une première déclaration, il faut aller chercher votre feuille d’impôts à la Direction des Services Fiscaux de Mayotte, rue de l’hôpital, BP 1020, 97600 Mamoudzou tél : 0269 61 81 10.

 

Photo 098

 

Si vous repartez en métropole ou ailleurs dans l’année, vous pouvez déclarez vos impôts sur les revenus de l’année en cours avant de partir, en fournissant une adresse postale qui sera valable. Ainsi, vous serez débarrassés de cette galère pour l’année suivante.

N’oubliez pas d’y joindre tous les documents nécessaires : photocopies des fiches de paie, frais réels, RIB, …

 

Trouver un logement et se meubler

Les petites annonces gratuites paraissent dans le journal 976 qui paraît tous les vendredis. Il faut le trouver de bonne heure pour tomber sur la bonne occas’ : annonces logement, meubles, auto, divers, emploi…vous trouverez ce journal dans les commerces de Mamoudzou et ses environs, sinon vous pouvez envoyer un mail au journal en demandant qu’il vous l’envoie par mail le vendredi quand il sort à l’adresse suivante : le97-6@wanadoo.fr

Cette solution est pratique pour ceux habitants hors de Mamoudzou ou en métropole et qui veulent préparer leur arrivée.

 

 

Photo 096

l'office du tourisme

 

Il y a très peu de location de meublés, pourtant ce serait pratique avec tout le turn-over de salariés métropolitains. Alors, il faut souvent racheter neuf ou d’occas’ des appareils électroménagers, meubles, matelas…

Il faut savoir que le prix des loyers est très élevé à Mamoudzou et diminue au fur et à mesure qu’on s’éloigne. Par exemple, un appt F3 coute environ 800 euros sur Mamoudzou mais une maison mahoraise, vue sur le lagon, 5 chambres, à Mtzamboro revient à 600 euros… mais c’est éloigné de tout, même s’il existe quelques commerces de proximité et des écoles…

 

A réfléchir donc, soit la campagne pour un grand logement pas cher avec la nécessité d’avoir une voiture soit "la grande ville", plus cher et plus tassé avec ses bouchons !

 

Je vous conseille également de signer un bail, ce document n’est pas encore obligatoire donc de nombreux propriétaires ne le proposent pas. C’est pourtant une sécurité pour vous (et pour eux) car ils peuvent louer un bien qui ne leur appartient pas vraiment ou bien vous chasser une fois qu’ils ont l’argent voulu…et demander un préavis de départ de 2 mois. Pour avoir un contrat de bail, prenez une copie de votre ancien bail de location ou demander à un autre locataire de vous prêtez le sien pour en faire une copie (sinon demandez-moi je vous enverrai une copie du mien).

 

Il est conseillé de prendre une assurance habitation. Cependant, regardez bien les conditions pour être couvert : nécessité des serrures, barreaux aux fenêtres…du coup, si vous ne remplissez pas ces conditions, ca ne sert à rien d’en souscrire une.

 

Photo 093

la chambre professionnelle

                     

Autre bon plan : garder une maison.

En effet, certains profs profitent de leurs congés scolaires pour partir en vacances en métropole ou à Madagascar… du coup, c’est à ces périodes que vous pouvez garder leurs maisons. Les vols étant très fréquents sur l’île, c’est une sécurité pour eux et pour vous, ça laisse un peu de répit avant de trouver une maison à louer et d’économiser un peu. Et dans l’année, certaines professions prennent des vacances hors périodes scolaires tels que les infirmiers, médecins, commerçants… En vous débrouillant bien et en ayant un bon réseau de contacts, vous pouvez passer l’année sans payer de loyer, mais en déménageant régulièrement.

 

Acheter un véhicule

Le journal 976 est aussi utile mais les vendeurs ont de nombreuses visites et les annonces peuvent être périmées quand vous appelez. Le minimum que vous trouverez pour une voiture potable est environ 2000 euros, en dessous c’est une épave roulante. Entre 2000 et 4000 euros, la voiture roule mais peut nécessiter quelques travaux ou tomber en panne (j’ai choisi cette option). Au dessus de 4000 euros, la voiture est plus récente mais ne vous garanti pas quelques désagréments…

 

Il faut savoir qu’une voiture neuve à Mayotte ne le reste pas longtemps. La garantie à l’achat ne va pas plus loin que 2 ans (4 à 8 ans en Métropole) ; certains garagistes revendent des voitures d’occasion et peuvent faire une garantie de 6 mois, ce qui est un bon compromis.

 

Il faut ensuite l’assurer. Les assurances auto sont très chères. N’oubliez pas de demander à votre ancienne assurance voiture un relevé de votre bonus/malus. Et vous devez aller avec un justificatif de domicile et un RIB si vous voulez payer par prélèvement.

 

Vous avez 1 mois après l’achat pour faire votre carte grise à la Préfecture (La Préfecture est située au dessus de la Place Mariage à Mamoudzou, en haut du restaurant Caribou, en face de la barge).

 

Photo 086

 

Il faut la copie de votre permis de conduire, l’ancienne carte grise rayée, un timbre fiscal dont le montant est indiqué sur l’ancienne carte grise (vous pouvez l’acheter à Kawéni au Trésor Public c’est sur la route nationale entre mamoudzou et le rond point de SFR), un justificatif de domicile, le certificat de cession du véhicule, la demande d’immatriculation et le contrôle technique de moins de 6 mois.

 

Photo 084


Vérifiez les horaires d’ouverture de la Préfecture et prévoyez d’y rester 2h. (tél : 02.69.63.50.00, ouvert de 7h30 à 12h30 du lundi au jeudi et le vendredi jusqu’à 11h15)

 

 

Installer une ligne téléphonique ou internet

Il faut vous rendre à une agence France Télécom (rond point de Kawéni, ou Centre Commercial Jumbo…) avec votre contrat de bail, carte d’identité et RIB. Différents contrats vous sont proposés avec des offres si vous voulez appeler souvent en métropole. Penser qu’il vous faudra peut être acheter un téléphone, les moins chers se situant aux environs de 20-40 euros neufs.

 

Photo 080

  

Il existe des cartes téléphoniques avec un code à gratter chargées à 10 euros qui peuvent vous permettre de téléphoner en métropole moins cher, par exemple avec Alysée (carte de France Télécom) pour 10 euros vous avez environ 6-8h de communication sur un fixe.

Pour supprimer cette ligne avant la fin du contrat de 12 mois, il faut les avertir au moins 2  semaines avant et bien préciser la date de coupure (parfois, c’est coupé immédiatement…).

Pour résilier votre offre internet avant l'échéance, il faut écrire à Orange, Service Clients Internet, 33734 Bordeaux Cedex 9, en joignant un justificatif. ils ont l'obligation de couper 8 jours après la réception du courrier recommandé ou précisez-leur la date souhaitée de coupure.

  

Prendre un téléphone portable

Soit vous avez déjà un téléphone portable débloqué soit vous devez en acheter un, il existe des contrats d’abonnement avec un téléphone ou sans contrat avec une puce et des cartes rechargeables de 3, 5 et 10 euros.

Les opérateurs sont SFR (meilleur réseau), Orange et Only (plutôt pour téléphoner aux Comores et dans l’Océan Indien)

 

Photo 082

 

Pour l’électricité (EDM) ou l’eau (Sogéa)

Soit vous modifiez les contrats à vos noms si vous restez longtemps, soit vous payez au propriétaire quand il vous présente les factures (vérifiez l’adresse), soit vous recevez les factures chez vous et allez payer directement aux organismes concernés. Les factures arrivent tous les 2 mois. Concernant la SOGEA, vous pouvez payer en espèces dans tous les bureaux de poste sans frais.

 

Photo 079

EDM

 

Photo 077

La SOGEA

 

Pour le courrier

S’il n’y a pas de boite aux lettres, arrangez vous avec le propriétaire qu’il vous l’installe (vous l’achetez et il le déduit du loyer par exemple) ou prenez une boite postale soit à l’année ou au mois, selon la durée de votre séjours.

Les facteurs de La Poste continuent de livrer s’il n’y a pas de boite mais cela ne va pas durer. La boite aux lettres conventionnelle va devenir obligatoire.

 

Photo 102


Pour envoyer du courrier en métropole, Mayotte a ses propres timbres de même tarif qu’en France. Une lettre revient à 0,56 euros en ce moment par contre, le prix des colis est élevé. Alors choisissez le mode économique, si vous n’êtes pas pressés et si le colis a peu de valeur marchande. Le délai de livraison est d’une dizaine de jours.

Attention, les pertes et vols ne sont pas exclus. Vous pouvez toutefois souscrire une assurance ou choisir une option de colis assuré.

 

timbres

 

Un peu d'aide!

Moyennant une cotisation d'adhésion, l'association BEKAJI aide les nouveaux arrivants. Celle-çi vous propose entre autre l'accueil à l'aéroport, le transfert, l'hébergement chez l'habitant, des aides pratiques à l'installation et même des activités destinées à vous faire découvrir l'île.

Pour les contacter: bakoko97.6@hotmail.com

(ATTENTION, cette association n'est pas une agence de voyage et n'accueille pas de vacanciers. Son but est l'accueil de ceux qui viennent s'installer à Mayotte, que ce soit à la suite d'une mutation, pour venir chercher du travail ou encore pour prospecter )

 

Si vous voulez d'autres informations, n'hésitez pas à nous les demander via les commentaires. Vos questions intéresseront à coup sur d'autres Lecteurs.

Repost 0
9 mai 2010 7 09 /05 /mai /2010 15:57

 

 

Généralités sur Mayotte :

Mayotte fait parti de l’Archipel des Comores avec Anjouan, Mohéli et Grande Comore situés dans le canal du Mozambique, à mi-chemin entre Madagascar et le Mozambique.

 

C’est une ile d’environ 375 km2 composée de Grande terre et de Petite terre, entourée d’une double barrière de corail (par endroits)  formant un des plus grands lagons fermé au monde. Elle compte plus de 200 000 habitants dont la plupart sont musulmans pratiquants et parlent shimaoré (dérivé du swahili et de l’arabe) ou shiboushi (dérivé du malgache) ou français (pour environ 1/3 d’entre eux). Le système législatif est français. Mayotte a voté pour la départementalisation de l’ile il y a quelque temps.


carte de mayotte

 

La « capitale » est Mamoudzou, il s’y trouve toutes les administrations, l’hôpital et les grands supermarchés. Elle est embouteillée aux heures de travail vers 8h et vers 16h. La circulation y est plus facile le weekend. Les autres routes de l’ile sont sinueuses, parfois embourbées en saison des pluies, sans doubles voies et la vitesse moyenne pratiquée frôle les 60 km/h, du coup une distance courte peut prendre du temps (Mamoudzou – M’tzamboro : 1h15 pour 40 km !).

 

Le climat est tropical avec 2 saisons: il fait chaud, humide et pluvieux de novembre à mai (saison des pluies) et plus frais, sec et venteux de mai à novembre (saison sèche).

 

La plupart des produits de consommation courante est disponible dans les supermarchés. Les prix sont souvent plus élevés qu’en métropole, (par exemple, il vaut mieux choisir des légumes de saison sur les marchés plutôt que des fruits et légumes importés). Les fromages et charcuteries à base de porc sont disponibles en magasin mais plus chers.

 

Papiers à emmener :

Une carte d’identité française suffit mais prévoyez un passeport si vous devez allez sur les autres iles de l’archipel, ou à Madagascar. Prévoyez des copies de vos papiers en cas de vol (ça arrive) ou de détérioration par les pluies !

 

Arrivée à l’aéroport :

L’aéroport de Dzaoudzi est situé sur Petite Terre.

conseil

Pour les chariots à bagages à l’arrivée, prévoyez une pièce de 1 euro.

Les taxis sont nombreux et vous conduisent à la barge pour environ 1,2 euros par personne, avec un supplément pour les bagages. La barge vous emmène ensuite à Mamoudzou en 20 min. Il n’y a pas de ticket dans le sens petite terre vers grande terre, mais sur le chemin inverse il faudra s’acquitter de 1Euro/piéton.

 

 

conseil (3)

conseil (5)

 

conseil (4)

 

Moyens de transport :

Les taxis brousse en dehors de Mamoudzou : pour prendre ceux allant vers le nord, il faut se diriger vers le nord du marché aux légumes de mdz et pour ceux allant vers le sud, ils se trouvent presque en face de la barge, sur la gauche.

Par exemple : un trajet Mamoudzou-M’tzamboro coute 5 euros.

Les taxis : dans Mamoudzou, il y a un tarif fixe de 1,20 euros dans Mdz, ca augmente un peu s’il faut sortir et aller vers Kaweni ou M’tsapéré.

 

Louer un véhicule : voiture ou 2 roues. Il existe de nombreuses agences de locations de véhicule, vous pouvez prévoir de chez vous (c’est mieux) ou en arrivant à l’aéroport.

 

Activités :

Activités nautiques : Plongée sous-marine (40 à 50 euros la plongée), PMT (palmes-masque-tuba), ballade en barque sur les ilots, safaris baleines ou dauphins ou raie mantas selon la saison, jet-ski, location de bateau, kayak

 

conseil (9)

 

Activités nature : randos, bivouac, observation de pontes de tortue, visite du jardin botanique de Coconi, sortie avec les « naturalistes », cascade de Soulou, réserve ornithologique du lac de Karihani, …

 

Activités culturelles : maison de l’artisanat de Sada, visite de bijouterie artisanale, visite de forgeron, écomusée de la Vanille et de l’Ylang, cinéma de Mamoudzou, concerts, « tam tam boxe » ou muringué, …

conseil (6)

 

conseil (7)

vestige d'une usine sucrière

Ce qu’il est utile d’emmener :

-  Répulsif anti-moustiques

-  Crème solaire à indice fort

-  Base de trousse de secours : pansement, désinfectant (les plaies s’infectent plus facilement avec l’humidité et la macération), quelques médicaments de base pour la fièvre, mal de tête, mal à l’estomac (cuisine épicée), …

-  Il y a des pharmacies donc prenez vos ordonnances et carte de mutuelle pour vos médicaments

-  Vêtements légers et amples, manches longues pour le soir et se protéger des moustiques

-  Casquette, lunettes de soleil, maillots de bain, paréo…Chaussures légères, sandales

-  Sac à dos de rando (pas trop gros non plus, juste pour se promener)

-  Votre matériel de PMT, le matériel de plongée ce n’est pas la peine à part votre ordi, il n’y a que 3 euros de différence sur le prix d’une plongée équipée ou non équipée !

-  De quoi vous occuper sur la plage (lecture, mots fléchés, …)

-  Eviter d’emmener des objets à base de cuir : ceinture, sac à main, chaussures, porte monnaie : ils vont moisir avec l’humidité (en saison sèche ca va mais quand même)

 

Les souvenirs que vous pourrez rapporter :

-  Toutes vos photos, vos expériences, vos images dans la tête et vos émotions

-  Des tissus, très colorés avec de nombreux motifs, en « saluvas » (robes traditionnelles) ou en lamb (morceau de tissu non cousu) qui pourront vous servir de paréos, tenture, nappes, taies d’oreillers, nappes de picnic, étole, pour recouvrir les sièges autos…

-  De l’artisanat malgache : objets tressés tels que des lézards, makis, paniers

-  Le traditionnel chombo (coupe-coupe) forgé rien que pour vous

-  Des épices : cannelle, gingembre, de la vanille

-  De l’huile essentielle d’ylang, de coco…

-  Des confitures (baobab, ananas…), des achards (de mangue ou de papaye…pimenté !)


conseil (8)

PENSEZ A L’ENVIRONNEMENT : N’ACHETEZ OU NE RAMASSEZ PAS DE COQUILLAGES OU DU CORAIL.

 

conseil (2)

 

prochainement: conseils pour s'installer à Mayotte

Repost 0
21 avril 2010 3 21 /04 /avril /2010 22:06

maison de sada (3)

 

En plein cœur de Sada, cette maison n’est pas très bien indiquée mais n’hésitez pas à demander aux habitants, tout le monde connait cet endroit. Elle est ouverte du mardi au samedi de 8h à 12h et de 14h à 17h. Cette maison est tenue par l’Association Maouoi, créé en 1994 qui a pour but de préserver le savoir-faire artisanal mahorais.

 

maison de sada (4)


Une destination culturelle à découvrir à Mayotte, la Maison de l’Artisanat regroupe différents objets traditionnels de Mayotte. En effet, de nombreuses bouénis du village et des alentours fabriquent des objets traditionnels : vannerie, broderie, sculpture, …il y a même des confitures et des achards pour emmener en guise de souvenirs.

 

maison de sada (1)


Sur chaque objet, il y a une petite étiquette avec le nom de la personne qui l’a fabriqué, ainsi 1 fois par semaine, l’artisan récupère un petit pécule. Sur place, on peut même apercevoir une bouéni (mais les hommes aussi fabriquent des objets) en train de faire un panier ou de coudre une poupée.

 

maison de sada (2)


Très accueillante, cette maison abrite des trésors tels que le fameux chapeau de Sada. Ce chapeau est très reconnaissable, en effet il peut recouvrir une grande partie du corps du fait de ses longues tiges qui dépassent de partout ! il est donc parfait pour se cacher du soleil ou passer incognito mais pas très discret quand même !

 

maison de sada

Repost 0
18 mars 2010 4 18 /03 /mars /2010 17:49

(Lemur fulvus mayottensis)

 

 

Le maki est un petit lémurien qui pousse dans les arbres…il existe de nombreux arbres à makis à Mayotte que vous pourrez reconnaître par un bruissement dans les feuilles et des pendants de queues touffues…

 

maki (4)


Le maki fait parti de l’ordre des primates comme les singes. A savoir que l’on ne trouve de lémurien que dans les zones où le singe est absent.

Signalé pour la première fois au XIXème siècle, le maki mahorais à probablement été importé de Madagascar ou il existe six sous espèces de lemur fulvus. Peu à peu il se sera différencié pour donner lemur fulvus mayottensis.



maki (3)


Ce mignon petit animal d’environ 50 centimètres (et 60 centimètres de queue) vit en société de 4 à une quinzaine d’individu. Il est, du règne animal, celui qui a les mains les plus proches des notres. C’est d’ailleurs le seul primate à avoir des empruntes digitales.

 

maki (5)


Bien qu’omnivore, le maki se nourrit principalement de fruits et de feuilles. Actif toute la journée, c’est principalement aux heures les moins chaudes que les groupes de makis passent de branche en branche à la recherche de nourriture.

les femelles fond de même avec leur petit solidement arrimé sur le dos. Les jeunes enroulant leur queue autour de leur mère.

                                 maki (1)

                      
Il arrive parfois que les makis se disputent la nourriture avec les roussettes qui ont le même mode d’alimentation. Cependant, le maki est dépourvu d’agressivité naturelle d’où ça vulnérabilité face à d’éventuel ennemi comme l’homme qui l’a souvent chassé afin de protéger ses cultures.

A
ujourd’hui, lemur fulvus mayottensis est devenu un des emblèmes de Mayotte, on trouve tout un tas de produit destiné au touriste (peluche, sac à main, tee shirt, porte clé…). Il est en outre une espèce protégé. Il existe d’ailleurs une réserve situé sur l’ilot m’Bouzi en face de Mamoudzou, mais il est possible d’en observer partout sur l’ile.

Dans certains endroits, comme la plage de n’Gouga, vous pourrez croiser des makis «domestiqués»
En effet, ici les makis ont leur repas rythmés par les touristes qui leur amènent banane mangue et autre fruit.  (On se demande d’ailleurs s’ils seraient encore capables de trouver leur nourriture seuls).Cette petite bande comporte des individus plus gros que les autres makis de l’ile (certains jours le nourrissage ressemble plus à du gavage).

  
                                 

Ailleurs, vous constaterez que ces petites bêtes sont un peu plus craintives mais tout de même curieuse. Même s’il est tentant de les nourrir afin de les observer de plus près, il convient de s’en abstenir afin de les laisser autonome et sauvage. Bien que, lorsque la nourriture vient à manquer en forêt, les makis n’hésitent pas à descendre dans les villages afin de chaparder quelque victuaille.


                                  maki


Les mahorais n’affectionnent pas particulièrement cet animal. Certains pensent que ce sont des d’jins (mauvais esprit), d’autres les voient comme le résultat d’une malédiction (dieu aurait transformé un enfant en maki pour punir une femme qui avait nettoyé, avec de la nourriture, ce dernier qui venait de déféqué. A Mayotte, la religion dit que impureté et nourriture ne doivent pas être mis ensemble).

 

maki aquarelle

 

Repost 0
21 février 2010 7 21 /02 /février /2010 08:28

Situé au centre ouest de l’île et appartenant à la commune de Ouangani, Coconi abrite un jardin botanique fabuleux de 3 hectares. C’est un havre de paix et de verdure créé il y a un peu plus de 10 ans. Il semble parfaitement entretenu par les 15 jardiniers du Conseil Général et l’on peut s’y promener indéfiniment, mêmes aux heures les plus chaudes ! On peut toujours se reposer sur un banc situé à l’ombre de bambous ou autre géant ombrageux…


coconi (6)

coconi (4)

Il est découpé en deux parcs, un petit à droite dans lequel se trouve la pépinière, et un plus grand sur la gauche, vraiment plus grand…

coconi

550 espèces y sont répertoriées sur les 1150 plantes, elles sont appelées selon leur nom latin et les variétés sont disposées de façon à ne pas être trop étouffantes. On retrouve les palmiers, cocotiers, manguiers mais aussi hibiscus, orchidées…il accueille même des plantes médicinales, et d’autres destinées à la confection du maquillage traditionnel.

coconi (2)    coconi (3)

coconi (5)

Une ballade qui peut plaire aussi bien aux enfants qu’aux adultes…à voir si vous passer par là ! La visite est gratuite mais le parc est fermé le weekend et ferme assez tôt la semaine, donc vérifiez les horaires avant de vous y rendre.


coconi (7)

Repost 0
16 février 2010 2 16 /02 /février /2010 09:59

 

On profite d’être à Mayotte pour tester le vol en ULM.

38 ulm

Dans ce paysage de reliefs et de lagon paradisiaques, on ne pouvait pas passer à côté. Ma maman est en ce moment en vacances chez nous, ca lui donne une occasion de se jeter à l’eau aussi.


vol en ulm (3)

On contacte « Les passagers du vent » sur la base de Dapani dans le sud de l’île, environ 1h30 de trajet de la maison et voilà. On choisit le circuit « Vol Découverte » pour 20 min de vol en ULM.

vol en ulm (5)

On survole les plages de Saziley,


vol en ulm (2)

l’ilot de sable blanc,

vol en ulm (6)

l'ilot  de Bouéni,

vol en ulm (8)

un petit village et ses routes enlacées et enfin on contourne le mont Choungui sur le retour et l’on passe au-dessus de la forêt tropicale.

vol en ulm (7)

vol en ulm (9)

vol en ulm

On est au maximum à 1900 pieds (environ 700m) et on vole à 140 – 160 km/h mais on ne s’en rend vraiment pas compte ! Le décollage est rapide et léger, l’atterrissage se fait aussi tout en douceur, durant tout le vol on peut faire des photos et discuter avec le pilote qui arrive à nous montrer des tortues vues du ciel, et avec de la chance des bancs de dauphins ou de baleines durant la saison favorable. C’est un moment magique et inoubliable…même pas peur !

vol en ulm (4)

Repost 0